Proximag

Une plume à suivre

Article paru dans Proximag (4/11/19)

Cédric Delavi écrit ce qu’il aimerait lire. Des scènes qui bougent et qui se déroulent sous les yeux des lecteurs comme les scènes d’un bon film. Du réalisme sombre, du suspense intense et un rythme soutenu… Avec le premier tome de Douglas Stone, une jeune plume prend son envol.

Londres. 1834. La guerre des classes fait rage, les inégalités sociales n’ont jamais été aussi marquées. C’est dans ce contexte que l’inspecteur solitaire, Douglas Stone, va devoir mener l’enquête et découvrir qui a jeté son dévolu sur les nantis et les assassine les uns après les autres. C’est sur fond de cette atmosphère sombre et agitée que Cédric Delavi signe son premier roman: Douglas Stone: la vengeance des ronces.

 

"Un contexte du passé socialement violent qui trouve un grand écho aujourd’hui", souligne l’auteur. Pourtant, l’écriture était loin d’être une voie toute tracée pour le romancier en herbe: "Petit, je n’aimais pas les livres. Je suis issu d’un milieu très modeste. Lire des livres n’était pas vraiment une passion. J’aimais déjà bien inventer des histoires, dessiner des BD, construire des maquettes mais l’envie d’écrire est venue bien plus tard. Pendant une période à vide. J’ai étudié la psycho à Mons mais n’ai pas réussi mon master. S’en est suivie une période où j’avais du mal à m’épanouir et à trouver du sens. L’écriture a été l’échappatoire qu’il me fallait. C’est loin d’être un métier facile mais je m’accroche! J’ai eu la chance d’être rapidement publié par les éditions Vérone à Paris. Et aujourd’hui, en parallèle à mon métier de psychanalyste, je suis en train de terminer le second tome des enquêtes de Douglas Stone. Je peux déjà vous dire qu’il y en aura un troisième, mais ce sera un prequel."

 

À découvrir d’urgence!